fermer


    Questo sito è protetto da reCAPTCHA. Si applicano le norme sulla Privacy e i Termini del servizio di Google.

    Un philosophe grecque antique….

    Pythagore

    La figure du grecque Pythagore est entourée de légendes. Quoi qu’il en soit, son nom est encore aujourd’hui lié à un énoncé important découvert dix siècles avant sa naissance et probablement seulement établit après sa mort : le théorème de Pythagore.

    Pythagore, vécu au 6e siècle avant J.C et était un philosophe grecque antique. Il fut mathématicien, thaumaturge, astronome, scientifique et politicien.

    A Crotone, on se le remémore comme fondateur historique de l’école portant son nom, dans le cadre duquel se développèrent les connaissances mathématiques et leur application, comme le célèbre théorème de Pythagore. Sa pensée a néanmoins eu de l’importance pour le développement de la science occidentale, dans la mesure où il avait compris en premier lieu l’importance des mathématiques pour décrire le monde.

    Une information a relevé est son transfert de la Grèce en Italie méridionale, où il fonda à Crotone une célèbre école philosophique – étant considérée comme la source et l’origine de la soi-disant « philosophie italique » sous la forme d’une communauté religieuse avec l’intention de régénération morale et politique. La doctrine qui caractérisa, le plus généralement, la philosophie pythagoricienne est celle qui reconnut le nombre comme essence de toutes choses, dans la mesure où chaque aspect du réel est rapporté à une relation réciproque ou une harmonie de quantités dénombrables (modèle par excellence était retenu la concordance des sons, la symphonie, réalisée dans la musique à travers les intervalles mathématiques).

    Les disciples de Pythagore vécurent dans une communauté organisée et régulée par les lois du même maestro, étudièrent les disciplines du quadrivium (musique, arithmétique, géométrie et astronomie). Ils croyaient aussi au pouvoir magique des nombres et au culte orphique. Les pythagoriciens furent les premiers à fonder une école d’enseignement supérieur à Métaponte et à Crotone, très similaires à nos universités actuelles.